Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Recherche

Archives

18 septembre 2005 7 18 /09 /septembre /2005 00:00
Le temps de l'enfance...
Ce murmure qui parfois remonte, lancinant ou quasi inaudible, du plus profond de nous. 
Le temps de l’enfance. 
Le temps qui nous fonde tous, et que nous revivons tant bien que mal, un jour ou l’autre, à travers nos propres enfants. 

Que ce soit pour « faire pareil » que nos parents, ou justement pour faire exactement le contraire, notre attitude envers nos petits est presque toujours une réaction à notre propre enfance, quelles que soient les couleurs qui la caractérisent. Un miroir de nous. Une occasion unique d’apprendre à nous connaître enfin à travers la découverte de nos enfants, à nous respecter en les respectant, à nous aimer en les aimant.

Le temps de la petite enfance.
Le temps où l’on aime sans limites ni raison, où on donne de soi sans calcul de taux d’intérêt, où on pleure sans retenue, où on ouvre son âme sans mesquinerie.
Un temps pour vivre le nez au vent et l’âme ouverte, à l’affût de chaque instant qui passe, prêt à mordre dans chaque fruit sans préjugés.
Un temps pour rire comme des oiseaux ivres, avant que d’être endoctriné à croire que tout bonheur appelle un sacrifice, et tout plaisir une punition.
Un temps où les sentiments sont aussi limpides et tranchants que du cristal, où les émotions sont claires et puissantes.
Un temps où on éclate de bonheur comme de souffrance avec autant de sincérité à chaque fois.
Un temps où vivre n’est pas encore devenu un compte d’apothicaire, mais brille comme un tableau impressionniste.
Un temps où l’aube du monde peut encore se lire dans les yeux, où on danse la vie et la liberté d’être dans chaque mouvement.
Un temps pour être vrai.
Un temps qui mérite tout notre respect.

Et grandir, c’est quoi grandir ?
Pour certains d’entre-nous, malheureusement, cela a signifié se recroqueviller au fond d’une carapace de souffrance, et ne plus percevoir que le vague ressac d’un monde auquel ils n’auront plus jamais accès.
Pour d’autre, plus rares, ça a été s’épanouir et déployer leurs ailes, dans la confiance et le respect.
Pour tous en tout cas, une période lourde de signification.

Et être parent ?
C’est se débrouiller tant bien que mal avec tout ce fatras que nous traînons derrière nous. Tout un programme !
Etre parent, c'est une histoire à la mesure de l'enjeu primordial qu'elle représente : immense et magnifique.
Etre parent, c'est avant tout pouvoir être digne de ses enfants ...

L’enfance, et la manière dont on l’aborde, c’est le résumé de toute la condition humaine. 

Françoise Jeurissen - Tinuviel
Décembre 2003

Partager cet article

Repost 0
Published by Tinuviel - dans LA SEVE DES MOTS
commenter cet article

commentaires