Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

Recherche

Archives

16 août 2005 2 16 /08 /août /2005 00:00

Sur le site des Éditions SRP (Québec), que je vous invite vivement à aller visiter si le sujet vous interpelle, voir le compte-rendu très intéressant d'une étude sur l'hyperactivité (ou TDAH =Trouble de Déficit d'Attention/Hyperactivité) et le Ritalin par lequel on tente de plus en plus de traiter ce trouble.

Ci-dessous quelques extraits révélateurs :

« Malgré les intentions exprimées d'aider ces enfants, ce moyen commode, efficace et accessible, pour calmer les enfants dérangeants, dorénavant socialement accepté et déculpabilisé, semble être devenu au fil du temps, l'outil de dernier recours par excellence dans le milieu scolaire, pour assurer le maintien de l'ordre dans les classes de l'école élémentaire, car les enfants ainsi traités deviennent passifs, c'est-à-dire qu'ils cessent de "déranger", et sont apparemment systématiquement ensuite laissés à eux-mêmes, sans aide supplémentaire. »

« En novembre 1998, après 30 ans de tâtonnements, d'études et d'expérimentations, le texte final de la Conférence de Consensus sur le TDAH du National Institute of Health aux États-Unis déclarait sans équivoque : "Il n'y a aucune donnée qui indique que le TDAH est causé par un dysfonctionnement du cerveau." »

« Chez les sujets médicamentés, les psychostimulants semblent améliorer la concentration et l'effort tout en minimisant l'impulsivité et augmentant la docilité pour une courte période initiale d'environ 7 à 18 semaines, pour ensuite perdre toute efficacité. »

« Les effets indésirables possibles de la médication sont la diminution de l'appétit, la difficulté à s'endormir, des effets néfastes sur la cognition (créativité et spontanéité diminuées) et sur l'image de soi, des comportement stéréotypés, l'agitation, la nervosité, l'instabilité émotive, et plus rarement, des exacerbations ou émergences de tics moteurs ou verbaux et de comportement psychotiques. Les effets à long terme sont inconnus. Des symptômes de dépression et de dépendance psychologique sont notés, ainsi que le plafonnement de la courbe de croissance, des maux de tête et de ventre. »

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lola el duende 04/11/2005 21:30

bonsoir,

je suis un peu effarée par le nouveau rapport d'experts de l'INSERM de septembre 2005, qui recommande de dépister les troubles du comportement de façon systématique dès l'âge de 36 mois. Il propose de former les enseignants au dépistage de ces troubles de façon à augmenter l'efficacité de la procédure. Ceci étant bien entendu fait en vue de prescription éventuelle de Ritaline ou Concerta LP qui sont des dérivés amphétaminiques ou plus trivialement dénommés "pilule d'obéissance". je rappelle que les amphétamines coupe-faim et autres ont été retirées du marché il y a plus de 10 ans pour cause de toxicomanie. Nos enfants vont en "bénéficier" pour le grand bénéfice des laboratoires. Va-t-on copier le modèle américain qui a 5 millions d'enfants "traités" à la Ritaline?


Il a été prouvé (dictionnaire Vidal 2005) qu'il existe une accoutumance psychique à ce produit, ce qui répond à la définition de drogue; seulement elle est légale.Elle est prescrite en premier lieu par le spécialiste puis par le médecin traitant qui a obligation de continuer ce traitement sans modification ni changement de posologie.on transforme un enfant qui n'a peut-être pas de problêmes psychologiques au départ, mais qui a sûrement un compte à rêgler avec ses parents ou d'autres intervenants qui l'éduquent en malade puisqu'il "prend son cachet".



Dans ma pratique, je vois peut-être des enfants en situation de souffrance psychique mais accompagnés la plupart du temps de parents débordés, angoissés, qui ont parfois abdiqué officieusement leur autorité parentale, parfois sous anxiolytiques et je me demande si on ne pourrait pas créer une "école des parents" (une éducation qui apprendrait aux parents à se faire obéir). De plus, parfois l'hyperactivité peut être causée par une carence en fer, en magnésium, trop de sucres raffinés.



L'INSERM a créé un nouveau syndrome, le TOP (trouble oppositionnel avec provocation): ce comportement relève pour ma part d'une construction de l'individu qui ne se fait pas forcément sans souffrance parentale ou infantile. Qui n'a pas subi une magnifique colère de la part de son petit amour adoré? De plus les leaders que je connais (avocats, ingénieurs, maires, médecins, etc.) n'ont pas été des modèles de sagesse.Autrefois la solution était "le bonnet d'âne et au coin". Pour ma part, un enfant trop sage me fait peur et je serais désespérée que mon fils ne me "pimente" pas la vie.

Veut-on un monde à la Huxley? On y arrive doucement, mais je ne suis pas sûre d'apprécier celui-ci.